La rencontre Trump-Poutine est si proche et pourtant si lointaine

https://i1.wp.com/www.slate.com/content/dam/slate/articles/news_and_politics/politics/2016/07/160721_POL_trump-putin.jpg.CROP.promo-xlarge2.jpg

Un haut responsable américain à Washington a déclaré à l’agence de presse TASS lundi que la Maison Blanche ne prévoit pas une rencontre entre le président Donald Trump et le président Vladimir Poutine en marge du sommet du G20 (7-8 Juillet) à Hambourg, mais la décision finale n’a pas été prise. Il n’était pas formel, mais pas pessimiste. Il a dit:

  • Vous pouvez tout imaginer mais je m’attendrais à ce que la rencontre ait lieu. Je sais pertinemment que rien n’a encore été prévu, et rien n’a été décidé sur le format.
  • Dans un sens, il (Trump) se prépare toujours à ces rencontres. Il a des séances d’information de renseignement presque tous les jours. Il parle à ses conseillers en sécurité nationale presque tous les jours. Il parle à ses Secrétaires d’Etat et de la Défense un certain nombre de fois par semaine. Alors, il est bien versé sur les questions et reçoit des mises à jour régulières depuis que l’administration a commencé, et même avant qu’elle ne commence.
  • Je m’attendrais à ce que tout le programme soit finalisé avant que nous ne partions, et nous partons le 5 Juillet. Cependant, je ne veux simplement pas vous donner une prévision solide. Je ne suis jamais complètement sûr de quoi que ce soit.

Il y avait toujours une grosse anxiété dans la course aux sommets américano-soviétiques, mais pas de cette façon, où un président américain ne peut pas admettre qu’il espère rencontrer son homologue russe. Barack Obama a commencé la pratique de ne pas planifier des réunions avec M. Poutine en marge des événements internationaux, mais faisait en sorte qu’elles apparaissent comme des événements improvisés. Il voulait donner l’impression que la Russie n’était pas une « priorité » et espérait sans doute qu’il blesserait Poutine. Bien sûr, Poutine s’en fout – tant qu’il avait des affaires à régler. Il y a eu des moments difficiles, bien sûr. Celui qui est encore incrusté dans ma mémoire est la photo d’Obama et Poutine au sommet du G8 2013 à Lough Erne en Irlande du Nord – regardant fixement devant eux, dans le silence de cathédrale, tous les deux maladroitement assis. (Ce fut avant même le coup d’Etat en Ukraine et les sanctions.)

Obama et Poutine au sommet du G8 2013 à Lough Erne en Irlande du Nord.

Le porte-parole du Kremlin Dmitry Peskov a déclaré samedi à Moscou que Poutine est prêt à rencontrer Trump dans n’importe quel « format ». Seulement, Trump pourrait vouloir gonfler les muscles pour apparaitre comme « l’homme fort ». En effet, la déclaration de la Maison Blanche publié lundi soir semble de mauvaise augure :

  • Les États-Unis ont identifié des préparatifs potentiels pour une autre attaque d’armes chimiques par le régime Assad qui se solderait probablement par un assassinat de masse de civils, dont des enfants innocents. Si … M. Assad menait une autre attaque d’assassinat de masse en utilisant des armes chimiques, lui et son armée paieront un lourd tribut.

Continuar lendo

Les États-Unis font face à un revers historique au Moyen-Orient

https://i0.wp.com/media1.escola.britannica.com.br/eb-media/66/95666-004-BB93599C.jpg

Le bloc de quatre pays arabes menés par l’Arabie Saoudite, qui a imposé un embargo contre le Qatar le 5 Juin, a finalement présenté sa liste d’exigences. Une dépêche d’AP, ici, énumère les 13 demandes. Parmi les demandes les plus frappantes il y a celles qui exigent de Doha de réduire ses liens avec l’Iran, d’interrompre les relations avec le Hezbollah et les Frères musulmans, la fermeture d’une base militaire turque dans le pays, et la fermeture de la chaîne d’état d’Al Jazeera et de plusieurs agences de presse.

Fait intéressant, le Qatar devrait également « consentir à des inspections mensuelles pour la première année après avoir accepté les demandes, puis une fois par trimestre au cours de la deuxième année. Pour les 10 années suivantes, le Qatar serait contrôlé chaque année pour vérifier qu’il reste conforme. « Tout cela signifie que la capitulation abjecte et sans conditions du Qatar ne satisfera que ses « grands frères » -. Rien de moins. Soit dit en passant, il y a aussi un calendrier à respecter – dans les 10 prochains jours – sinon les demandes s’intensifieront.

À mon avis, le Qatar n’aura aucune difficulté à voir que tout ceci n’est rien de moins qu’une poussée à peine voilée pour un « changement de régime ». La réponse du régime ne peut être que celle-ci : ces gros bonnets arabes peuvent aller se faire pendre.

Que va-t-il se passer ensuite? En termes simples, le Moyen-Orient musulman est sur le point de se diviser et le schisme historique aura des conséquences profondes pour la sécurité régionale et internationale.

Continuar lendo

Combats aériens US/Russie à venir ?

https://i.kinja-img.com/gawker-media/image/upload/s--ZV-6klGL--/c_scale,fl_progressive,q_80,w_800/nzfjlyysgtjemgczyosd.jpg

Le Pentagone a confirmé dans un communiqué avoir changé la trajectoire de ses avions de chasse en Syrie pour « éviter des menaces connues sur le champ de bataille ».

Le porte-parole du département de la Défense a menacé de son côté la Russie dont les chasseurs « pourraient être combattus » par les avions de combat américains: au cas où un face-à-face se produirait (avec les Russes), les chasseurs américains se défendront ».

Dimanche soir, un F-18 américain a abattu un Sukhoi syrien au-dessus de la Syrie alors qu’il rentrait d’une campagne de bombardement contre les terroristes de Daech  au sud de la ville syrienne de Raqqa.

En réaction à cette attaque, la Russie qui l’a condamnée dans les termes les plus vifs, a annoncé avoir suspendu l’accord sur la sécurité des vols dans le ciel syrien qu’il avait signé avec les États-Unis. « N’importe quel avion US qui survolerait les zones opérationnelles russes en Syrie, serait pris pour cible », a affirmé le ministère russe de la Défense qui voit dans cet acte « une agression militaire ».

Continuar lendo

Un vent de laïcité souffle sur le monde musulman

https://i.ytimg.com/vi/rTZnZgXLZwY/maxresdefault.jpg

Durant la colonisation et tout au long de la Guerre froide, les puissances impérialistes ont utilisé les religions pour étouffer toute contestation de leur domination. Ainsi, la France, qui adopta en 1905 une importante loi sur la laïcité de ses institutions, décida immédiatement de ne pas l’appliquer dans les territoires colonisés.

On sait aujourd’hui que les printemps arabes étaient une initiative britannique pour placer les Frères musulmans au pouvoir et ainsi affermir la domination anglo-saxonne sur le « Moyen-Orient élargi ».

Depuis 16 ans, les Occidentaux accusent à juste titre les musulmans de ne pas faire le ménage chez eux et d’y tolérer des terroristes. Cependant il est aujourd’hui évident que ces terroristes sont soutenus par ces mêmes Occidentaux pour asservir les musulmans au moyen de l’« islam politique ». Londres, Washington et Paris ne s’inquiètent du terrorisme que lorsqu’il déborde du « Moyen-Orient élargi » et jamais ils ne critiquent l’« islam politique », tout au moins chez les sunnites.

En prononçant son discours de Riyad, le 21 mai 2017, le président Trump entendait mettre fin au terrorisme qui consume la région et s’étend désormais à l’Occident. Les mots qu’il a prononcés ont fait l’effet d’un électrochoc. Son allocution a été interprétée comme une autorisation d’en finir avec ce système.

Continuar lendo

Comment Poutine a piégé l’Amérique

putin1.png

Au cours d’un entretien accordé au cinéaste américain Oliver Stone, qui a tourné le documentaire The Putin Interviews (Conversations avec Poutine) diffusé en première mondiale sur la chaîne américaine Showtime (groupe CBS), le président russe explique comment les États-Unis sont tombés dans le piège russe.

Selon le président russe, « les États-Unis sont tombés dans le piège de leurs illusions »: « Après l’effondrement de l’Union Soviétique, les États-Unis se sont hissés en porte-étendard du monde civilisé et ont cru pouvoir diriger seuls le monde. Or, les complications n’ont pas tardé à apparaître et à remettre en cause cet excès de confiance. »

Sputniknews qui rapporte cette information ajoute: « Après l’écroulement de l’URSS, les États-Unis se sont leurrés puisqu’ils ont cru être les seuls à pouvoir prendre le gouvernail et à diriger le monde. Ils se sont crus en droit d’agir de leur propre chef sans avoir un jour à rendre des comptes. Or ce fut là, le grand piège dans lequel les États-Unis sont tombés. Placé dans un tel contexte, n’importe quel pays ou individu pourrait finir par commettre des erreurs, car placé dans cette logique, on se croirait indépendant au point de croire ne plus avoir besoin de points de vue d’autrui, de ne plus avoir besoin de dialoguer avec. »

Continuar lendo

Un nouveau état islamique est en train de nâitre dans l’Arabie

Le Moyen-Orient est un monde politique complexe, fait d’intrigues et de trahisons. Les dirigeants saoudiens le savent bien, qui ont su si bien déjouer toutes les tentatives de déstabilisation de leur opulente monarchie, de la part de leurs ennemis comme de leurs « amis »… Ils viennent pourtant de tomber dans un piège, au Yémen. Il sera passionnant de voir s’ils vont survivre à cet ultime coup : un nouvel État Islamique est en train de naître en Péninsule arabique.

Continuar lendo

Os argumentos de 6 países árabes para romper com o Catar, acusado de apoiar extremistas

8574592

Fonte da imagem: Sputnik

05/06/2017

Seis países árabes, incluindo a Arábia Saudita e o Egito, cortaram relações diplomáticas com o Catar nesta segunda-feira, acusado de desestabilizar a região.

Eles dizem que o Catar tem apoiado grupos extremistas como Estado Islâmico (EI) e Al-Qaeda.

Com isso, as fronteiras da Arábia Saudita com a pequena península do Catar, rica em petróleo, foram totalmente fechadas, segundo a agência estatal saudita de notícias SPA. O governo do Catar respondeu que a medida é “injustificada” e “sem base em fatos”.

A iniciativa sem precedentes mostra uma profunda divisão entre países poderosos do Golfo Pérsico, que também são aliados dos EUA, e vem num momento de aumento de tensões entre os países do Golfo e o vizinho Irã.

O governo saudita acusa Catar de colaborar com “grupos terroristas apoiados pelo Irã” na sua turbulenta região de Qatif e no Bahrein.

Continuar lendo