Nove países com poder nuclear têm um arsenal de 14.934 armas

1505524987_911757_1505526683_noticia_normal_recorte1

Países que possuem armas reduziram reservas nucleares nos últimos anos, mas multiplicaram investimento

Publicado originalmente em 06/10/17

As armas nucleares estão em poder de nove países. Estados UnidosRússiaFrançaReino UnidoÍndiaPaquistãoChinaIsrael e Coreia do Norte armazenavam no começo de 2017 quase 15.000 dispositivos desse tipo, de acordo com dados do Instituto de Pesquisas para a Paz de Estocolmo (SIPRI).

Esses Estados reduziram suas reservas atômicas nos últimos anos, mas multiplicaram o orçamento e estão em um ambicioso processo de renovação. O Escritório de Orçamentos do Congresso norte-americano anunciou um investimento de 400 bilhões de dólares (1,26 trilhão de reais) durante o próximo decênio e o Parlamento britânico aprovou há um ano, com respaldo de 80% dos deputados, a renovação de seu envelhecido arsenal com um custo inicial de 40 bilhões de libras (165 bilhões de reais).

Continuar lendo

Anúncios

200 000 Israéliens attendus au « Kurdistan » dès la proclamation de l’indépendance

Selon le magazine Israel-Kurd basé à Erbil, le Premier ministre israélien Benjamin Netanyahu et le président auto-désigné du futur Kurdistan indépendant Massoud Barzani ont conclu un accord secret.

Tel-Aviv s’est engagé à installer au Kurdistan 200 000 Israéliens d’origine kurde.

200 000 Israéliens attendus au « Kurdistan » dès la proclamation de l’indépendance

L’annonce a été largement reprise par la presse turque, iranienne et arabe.

Le projet de création d’un Soudan du Sud et d’un Kurdistan est un objectif militaire israélien depuis le développement des missiles à la fin des années 90. Ces territoires, largement administrés par des Israéliens, doivent permettre de prendre à revers l’Égypte et la Syrie.

Continuar lendo

L’accord nucléaire iranien devient un cocktail atomique

La visite non programmée en  Russie du ministre iranien des Affaires étrangères Mohammad Javad Zarif, en tant qu’employé spécial du président Hassan Rouhani et sa rencontre avec le président Vladimir Poutine mercredi, peuvent être considérées comme un point d’inflexion en train d’émerger dans la sécurité régionale et internationale. Il y a une préoccupation grandissante sur le fait que l’administration Trump pourrait être en train de rouvrir le dossier de l’accord nucléaire États-Unis-Iran de juillet 2015.

L’accord nucléaire iranien devient un cocktail atomique

Au cours de la campagne pour l’élection de novembre, le candidat Trump avait dédaigneusement menacé de déchirer l’accord iranien. Mais en tant que président, il a déjà certifié par deux fois au Congrès des États-Unis que l’Iran mettait en œuvre sa partie de l’accord. Il est obligé de le faire une troisième fois à la mi-octobre. Bien sûr, Trump n’est pas un modèle de cohérence. Il avait promis de liquider la guerre afghane, mais a approuvé une stratégie pour la guerre ouverte. Progressivement, il s’est exposé à être un homme de paille.

Continuar lendo

Israël disparaîtra dans moins de 25 ans

L’ex-directeur du bureau de Haaretz aux États-Unis en est sûr : le Premier ministre israélien Benyamin Netanyahu est un « cadeau pour les ennemis d’Israël » de par sa gestion catastrophique et ses politiques sans lendemain. « Cette gestion provoquera l’anéantissement d’Israël dans moins de 25 ans, bien plus rapidement que ne l’a prévu l’Iran », estime-t-il.

Israël disparaîtra dans moins de 25 ans (Eldor)

Continuar lendo

Syrie: colère russe contre Israël

Le numéro deux du Centre de Commandement des forces russes au sud de la Syrie a lancé un sévère avertissement à Israël, le mettant en garde contre toute « tentative de violation du cessez-le-feu dans le sud de la Syrie ». « Au cas où Israël violerait la trêve, la Russie saurait bien comment s’y prendre », a lancé le général Alexy Kozin.

Syrie: colère russe contre Israël

Continuar lendo

How Gaza was made into an unlivable place

Texto 50

24/07/2017, by Michael Lynk

Gaza and Tel Aviv lie only 75 kilometres apart from each other. They share the same sandy topography and the same intensely hot Levantine summers. But the similarities largely end there. Any recent satellite image taken at night over the eastern Mediterranean would show an incandescent blaze for Tel Aviv, and only wan pinpricks of light further down the shore in Gaza.

Gaza is in the third month of an externally enforced reduction of its already meagre electrical power supply. The enclave of two million people would ordinarily require about 450 megawatts (MW) of electricity daily for around-the-clock power. However, over much of the past decade, as part of the tight Israeli blockade of Gaza, its power supplies have fluctuated around 200MW, resulting in persistent blackouts. But over the past several months, according to the Israeli human rights organisation Gisha, Gaza’s supply each day has varied from 140MW to an all-time low of 70MW, lengthening the blackouts and the human suffering.

The immediate cause of the power crisis lies with the dispute between the Palestinian Authority (PA) and Hamas over fuel taxation. This prompted the PA to request the Israel reduce the 120MW it sold daily down to around 70MW, and Israel has complied.

Continuar lendo →

Israël paiera le prix fort de la stratégie de chaos US

Israël paiera le prix fort de la stratégie de chaos US

Depuis la malencontreuse naissance d’Israël au Moyen-Orient, les États-Unis ont tout fait pour éviter à Tel-Aviv une implication directe dans les conflits qu’ils déclenchent dans la région. Les plans de paix Israël/Palestine n’ont jamais visé à offrir la paix aux Palestiniens, mais à dépouiller ces derniers de ce qui faisait leur force, leurs capacités à combattre militairement Israël.

Or, ce stratagème n’a pas fonctionné au Liban où le Hezbollah a réussi en 2006 à abattre militairement Israël. Mais les évolutions, telles qu’elles se produisent au Moyen-Orient, vont-elles assurer la sécurité israélienne ? Le « chaos constructif » que prônait en son temps l’ancienne secrétaire d’État, Hillary Clinton, au Moyen-Orient et qui consistait à monter les pays de la région les uns contre les autres, a-t-il réellement renforcé la sécurité du régime israélien ? Certes les six ans de guerre totale menée contre Damas, ont laissé, ainsi que le souhaitait l’Amérique, une Syrie en ruines, mais est-ce une vraie victoire pour Israël ?

Continuar lendo