Evasión fiscal, el leviatán que amenaza a Europa

Texto 40

25/04/2017, by Miguel Ordovás

La evasión o elusión fiscal supone, hoy por hoy, uno de los grandes problemas de la economía globalizada. Más expuesto a la luz pública por los medios en los últimos años, nos preguntamos sobre las causas de este fenómeno, su papel central en el estallido y posterior prolongación de la crisis económica y las medidas pasadas, presentes y futuras para erradicarlo.

El leviatán representa, en la cultura política, el poder inquebrantable del Estado moderno tal y como lo describió Hobbes. Siglos antes, las reminiscencias bíblicas otorgaron al término una significación diabólica, destructora, de un poder inmenso que nadie debía desafiar, porque ese poder vencería, con la fuerza de Dios, sobre todos los hombres. El leviatán se encuentra permanentemente sobre nuestros hombros y nos advierte de la furia con la que atacará a todo aquel que se atreva a desafiarlo. El director ruso Andréi Zvyagintsev quiso retratar la vigencia de esta metáfora en nuestra cultura contemporánea nombrando así a una de sus películas, galardonada en 2014 y muy gráfica a la hora de retratar los estragos que este monstruo es capaz de perpetrar en todos y cada uno de los estratos de una comunidad.

Desatar a la bestia: una realidad en el contexto comunitario

Planteada desde un principio desde el punto de vista político e ideológico, la batalla dialéctica sobre las causas y las consecuencias de esta crisis económica ha convulsionado el panorama internacional. La reaparición del debate sobre la edad de jubilación ha acentuado aún más la preocupación sobre las pensiones públicas. Son muchas las razones por las que se toman esta clase de decisiones a lo largo y ancho de la Unión; el envejecimiento demográfico propio de los Estados desarrollados es una de ellas. La otra tiene hoy un porte de caballo de Troya económico y se llama evasión fiscal.

La evasión de impuestos no es un fenómeno nuevo. La amplia gama de posibilidades tecnológicas y legales de las que las corporaciones evasoras se valen sí que representaron, sin embargo, un nuevo peligro para la economía globalizada desde el momento de su consolidación. Un verdadero leviatán económico que es hoy más temido que nunca.

Continuar lendo →

Crise econômica e abusos na Líbia têm forçado refugiados e migrantes a fugir para a Europa

Texto 36

06/07/2017

Cerca da metade das pessoas que chegam à Líbia está em busca de trabalho, mas acabam sendo forçadas a fugir para a Europa para escapar de riscos de morte, instabilidade, difíceis condições econômicas, assim como exploração e abusos generalizados no país. A conclusão é de novo estudo da Agência da ONU para Refugiados (ACNUR) sobre fluxos de refugiados e migrantes divulgado na segunda-feira (3).

Os cidadãos estrangeiros que estão indo para a Líbia fazem parte de um fluxo migratório misto, ou seja, composto por pessoas vindas de diferentes contextos, mas que viajam juntos pelas mesmas rotas, muitas vezes com o auxílio de contrabandistas e gangues criminosas. Os grupos são compostos por refugiados, solicitantes de refúgio, migrantes econômicos, menores desacompanhados, deslocados por motivos de catástrofes ambientais, vítimas de tráfico humano, entre outros.

Nos últimos anos, o número de pessoas que cruzou o mar do norte da África para o sul da Europa aumentou consideravelmente. Ao que tudo indica, a tendência é de que continue nesse ritmo, de acordo com o ACNUR. Das três principais rotas utilizadas por refugiados e migrantes para chegar à Europa – as rotas ocidental, central e oriental do Mediterrâneo – A Líbia se tornou a mais comum e também a mais mortal.

Continuar lendo →

Ocidente não sabe nem do cheiro do que a Eurásia está cozinhando

294006

Reunião da OCX aconteceu no começo do mês de junho em Astana, no Cazaquistão

19/06/17

OCX já é não apenas a maior organização política – por área e por população – do mundo; ela também reúne quatro potências nucleares; o G-7 é irrelevante, como se viu claramente na recente reunião em Taormina

Na reunião anual da cúpula da Organização de Cooperação de Xangai (OCX), fundada em 2001, os dois países, Índia e Paquistão foram admitidos como membros plenos, como Rússia, China e quatro ‘-stões’ da Ásia Central (Cazaquistão, Uzbequistão, Quirguistão e Tadjiquistão).

Assim sendo, a OCX já é, não apenas a maior organização política – por área e por população –, do mundo; ela também reúne quatro potências nucleares. O G-7 é irrelevante, como se viu claramente na recente reunião em Taormina. Ação à vera doravante, à parte o G-20, virá desse G-8 alternativo.

Permanentemente desqualificada no Ocidente já há uma década e meia como se não passasse de mero salão de conversas, a OCX, lentamente, mas sem parar nunca, continua a promover um quadro que o presidente Xi Jinping da China qualifica, de forma discreta muito atenuada, como “um novo tipo de relações internacionais com vistas a cooperação ganha-ganha”.

Continuar lendo

Poutine/Trump au G20: premier test

Aujourd’hui, lors du sommet du G20 se produira la première rencontre entre Trump et Poutine. Si cet évènement ne va pas radicalement changer le cours de la politique internationale, l’administration américaine étant trop idéologiquement marquée pour pouvoir radicalement changer de politique en fonction des présidents, il est présenté comme l’évènement majeur de ce G20, Trump ayant fait savoir que c’est, par ailleurs, le seul qui présente pour lui un réel intérêt.

Continuar lendo

Stratégie Otan de la tension

russia-nato.jpg

L’Otan poursuit avec constance ses provocations anti-Russes de manière à susciter des réactions de Moscou qui justifient l’augmentation de ses moyens. Il n’y a certes rien de nouveau sur le fond, mais on est toujours surpris d’observer la continuation de cette politique sous l’administration Trump.

Qu’arriverait-il si l’avion du secrétaire US à la Défense, Jim Mattis, en vol de la Californie vers l’Alaska dans un couloir aérien sur le Pacifique, était intercepté par un chasseur russe de l’aéronautique cubaine ? La nouvelle occuperait les premières pages, en suscitant une vague de réactions politiques inquiètes. Pas une feuille n’a bougé par contre quand, le 21 juin 2017, l’avion du ministre russe de la Défense, Sergueï Choïgou, en vol de Moscou pour l’enclave russe de Kaliningrad le long du couloir approprié sur la mer Baltique, a été intercepté par un chasseur F-16 états-unien de l’aéronautique polonaise qui, après s’être approché de façon menaçante, a dû s’éloigner après l’intervention d’un chasseur Sukhoï SU-27 russe.

JPEG - 15.7 ko

Provocation programmée, qui entre dans la stratégie de l’Otan visant à accroître en Europe, un peu plus chaque jour, la tension avec la Russie.

Continuar lendo

What’s Wrong With Our System Of Global Trade And Finance

we-could-be-living-in-virtual-reality

09/06/2017, by John Judis

I first learned of Dani Rodrik in 1997 when I came across his pamphlet, Has Globalization Gone Too Far?. That pamphlet created a sensation in a Washington awash with “new economy” optimism. It was an opening salvo against what Rodrik has come to call “hyper-globalization.” Since then, the fissures that Rodrik saw in the global system have become crevasses. Rodrik has continually updated his own critique. His most comprehensive statement was in his 2011 book, The Globalization Paradox.

Rodrik was born in Istanbul in 1957, part of Turkey’s small Sephardic Jewish community. He came to the United States to attend college at Harvard and subsequently got a PhD. in economics at Princeton. He has taught political economy at Harvard’s Kennedy School for most of the last 32 years. Besides writing books and articles, he also has a blog, where he comments regularly on American, European, and Turkish politics. He is a noted critic of Recip Tayyip Erdogan’s administration.

As globalization has come under attack from the left and right, I wanted to ask Rodrik what he thought about the jeremiads from the Trump administration and how he assessed the problems of global capitalism in the wake of the Great Recession.

Continuar lendo →

Le projet de la Grande Europe

Une ébauche géopolitique pour un monde multipolaire à venir.

Le projet de la Grande Europe

  1. Suite au déclin et à la disparition du Bloc socialiste en Europe de l’Est à la fin du siècle dernier, une nouvelle vision géopolitique du monde basée sur une nouvelle approche est devenue une nécessité. Mais l’inertie de la pensée politique et le manque d’imagination historique chez les élites politiques de l’Occident victorieux a conduit à une option simpliste : les bases conceptuelles de la démocratie occidentale, une société d’économie de marché, et la domination stratégique des États-Unis à l’échelle mondiale sont devenues les seules solutions à tous les défis émergents et le modèle universel qui devrait être impérativement accepté par toute l’humanité.
  2. Cette nouvelle réalité émerge devant nos yeux – la réalité d’un monde organisé entièrement par le paradigme américain. Un think tank néoconservateur influent des États-Unis modernes s’y réfère ouvertement par un terme plus approprié – « l’Empire global » (parfois « l’Empire bienveillant » – Robert Kagan). Cet Empire est unipolaire et concentrique dans sa nature profonde. Au centre, il y a le Nord riche, la communauté atlantique. Tout le reste du monde, – la zone des pays sous-développés ou en développement, considérée comme périphérique – est  censé suivre la même direction et le même cours que les pays du coeur de l’Occident bien avant eux.
  3. Dans une telle vision unipolaire, l’Europe est considérée comme la banlieue de l’Amérique (capitale du monde), et comme une tête de pont de l’Occident américain vers le grand continent eurasien. L’Europe est vue comme une simple partie du Nord riche, non pas comme un preneur de décision, mais comme un associé junior sans intérêts propres et sans caractéristique spécifique. L’Europe, dans un tel projet, est perçue comme un objet et non comme un sujet, comme une entité géopolitique privée d’une identité et d’une volonté autonomes, comme d’une souveraineté véritable et reconnue. L’essentiel de la spécificité de l’héritage culturel, politique, idéologique et géopolitique européen est pensé comme appartenant au passé : tout ce qui a été autrefois estimé comme utile a déjà été intégré dans le projet de l’Occident global ; ce qui reste est disqualifié comme non pertinent. Dans un tel contexte, l’Europe se trouve géopolitiquement privée de son être propre et indépendant. Se trouvant voisine, sur le plan géographique, de régions et de civilisations non-européennes, l’Europe peut alors facilement perdre sa forme culturelle et politique.
  4. Dans tous les cas, la démocratie libérale et la théorie du libre-échange ne représentent qu’une partie de l’héritage historique européen et il y a eu d’autres options proposées et d’autres solutions traitées par les grands penseurs, scientifiques, politiciens, idéologues et artistes européens. L’identité de l’Europe est bien plus vaste et profonde que quelques fast-foods idéologiques américains simplistes du complexe de l’Empire global – avec son mélange caricatural d’ultralibéralisme, d’idéologie du marché libre et de démocratie quantitative. À l’époque de la guerre froide, l’unité du monde occidental (sur les deux rives de l’Atlantique) avait comme base plus ou moins solide la défense mutuelle de valeurs communes. Mais à présent ce défi n’a plus aucune actualité, l’ancienne rhétorique ne marche plus. Elle devrait être révisée et de nouveaux arguments fournis. Cela fait longtemps qu’il n’y a plus d’ennemi commun, clair et réaliste. La base positive pour un monde occidental uni à l’avenir est presque totalement absente. Le choix social des pays et des États européens est en contradiction complète avec l’option ultralibérale anglo-saxonne (aujourd’hui américaine).
  5. L’Europe actuelle possède ses propres intérêts stratégiques qui diffèrent substantiellement des intérêts américains ainsi que de l’approche du projet de l’Occident global. L’Europe possède son tropisme particulier envers ses voisins du sud et de l’est. Dans certains cas, l’intérêt économique, les solutions énergétiques et la défense commune ne coïncident pas du tout avec ceux de l’Amérique.
  6. Ces considérations générales nous mènent, nous, intellectuels européens profondément concernés par le destin de notre patrie culturelle et historique, l’Europe, à la conclusion que nous avons grandement besoin d’une vision alternative du monde à venir, où la place, le rôle et la mission de l’Europe et de la civilisation européenne seraient différentes, plus grandes, meilleures et plus sûres que dans le cadre du projet de l’Empire global avec ses caractéristiques impériales par trop évidentes.
  7. La seule alternative faisable dans les circonstances présentes est à ancrer dans le contexte d’un monde multipolaire. La multipolarité peut garantir à n’importe quel pays et civilisation sur la planète le droit et la liberté de développer son propre potentiel, d’organiser sa propre réalité interne en accord avec l’identité spécifique de sa culture et de son peuple, ainsi que de proposer une base fiable de relations internationales justes et équilibrées dans le concert des nations du monde. La multipolarité devrait être fondée sur un principe d’équité entre les différentes sortes d’organisations politiques, sociales et économiques de ces nations et États. Le progrès technologique et l’ouverture croissante des pays devrait promouvoir la prospérité de tous les peuples et nations et un dialogue entre eux. Mais dans le même temps, ne pas mettre en danger leurs identités respectives. Les différences entre les civilisations n’ont pas à culminer nécessairement dans un inévitable choc – contrairement à la logique simpliste de quelques écrivains américains. Le dialogue, ou plutôt le « polylogue », est une possibilité réaliste et faisable que nous devrions tous poursuivre à cet égard.
  8. En ce qui concerne directement l’Europe, et par contraste avec d’autres plans pour la création de quelque chose de « grand » dans le vieux sens impérialiste du terme – que ce soit le Projet pour un Grand Moyen-Orient ou le programme pan-nationaliste pour une Grande

Russie ou une Grande Chine – nous proposons, comme concrétisation de l’approche multipolaire, une vision équilibrée et ouverte de la Grande Europe comme nouveau concept pour le futur développement de notre civilisation dans ses dimensions stratégiques, sociales, culturelles, économique et géopolitiques.

  1. La Grande Europe consiste dans le territoire contenu à l’intérieur des frontières qui coïncident avec les limites d’une civilisation. Ce genre de frontière est quelque chose de complètement nouveau, comme l’est le concept de l’État-civilisation. La nature de ces frontières suppose une transition graduelle – non pas une ligne abrupte. Cette Grande Europe devrait donc être ouverte à des interactions avec ses voisins à l’ouest, à l’est ou au sud.
  2. Une Grande Europe dans le contexte général d’un monde multipolaire est conçue comme entourée par d’autres grands territoires, appuyant leurs unités respectives sur l’affinité des civilisations. Nous pouvons ainsi postuler l’apparition éventuelle d’une Grande Amérique du nord, d’une Grande Eurasie, d’une Grande Asie pacifique et, dans un avenir plus distant, d’une Grande Amérique du sud et d’une Grande Afrique. Aucun pays – hormis les États-Unis – en l’état actuel des choses, n’a les moyens de défendre sa vraie souveraineté, en ne comptant que sur ses propres ressources internes. Aucun ne peut être considéré comme un pôle autonome capable de contrebalancer la puissance atlantiste. La multipolarité réclame un processus d’intégration à large échelle. On pourrait l’appeler « une chaîne de globalisations » – mais une globalisation sans limites concrètes – coïncidant avec les frontières approximatives de civilisations variées.133
  3. Nous imaginons cette Grande Europe comme une puissance géopolitique souveraine, avec sa propre identité culturelle forte, avec ses propres options sociales et politiques – basées sur les principes de la tradition démocratique européenne – avec son propre système de défense, incluant les armes atomiques, avec sa propre stratégie énergétique et d’accès aux ressources minérales, élaborant ses choix de paix ou de guerre avec d’autres pays ou civilisations en toute indépendance – tout ceci appuyé sur une volonté européenne commune et un processus démocratique dans la prise de décision.
  4. Dans le but de promouvoir notre projet de Grande Europe et le concept de multipolarité, nous en appelons aux différentes forces dans les pays européens, ainsi qu’aux Russes, aux Américains, aux Asiatiques, à soutenir activement notre initiative au-delà de leurs options politiques, de leurs différences culturelles et de leurs choix religieux, à créer dans chaque place ou région des Comités pour une Grande Europe ou d’autres genres d’organisations partageant l’approche multipolaire, rejetant l’unipolarité, le danger croissant de l’impérialisme américain, et développant un concept similaire pour les autres civilisations. Si nous travaillons ensemble, affirmant avec force nos identités différentes, nous serons en mesure de fonder un monde meilleur, équilibré et juste, un Monde plus Grand où n’importe quelle forme digne de culture, de société, de foi, de tradition et de créativité humaine trouvera sa place adéquate et accordée.

Fonte: Réseau International