La Corée du Nord et le Venezuela : deux faces d’une même pièce

En suggérant qu’il pourrait ordonner l’invasion américaine pour un changement de régime au Venezuela, le Président Trump a montré par inadvertance pourquoi la Corée du Nord a désespérément tenté de développer des armes nucléaires pour se doter de moyens de dissuasion ou de défense contre l’un de ces fameux changements de régime organisés par  la sécurité nationale américaine. A vrai dire je ne serai pas surpris de voir le Venezuela et d’autres pays du tiers  monde voulant résister à l’empire américain, chercher à acquérir dans ce but des armes nucléaires.  N’est-ce pas le meilleur moyen  de dissuader les Etats-Unis d’entreprendre une opération de changement de régime contre eux ?

La Corée du Nord et le Venezuela : deux faces d’une même pièce

Continuar lendo

La Corée du Nord se prépare à réagir aux provocations militaires U.S

La Corée du Nord se prépare à réagir face aux provocations militaires U.S.

Pyongyang a envoyé des émissaires à Pékin pour avertir la Chine d’une très probable riposte de type militaire face au maintien des exercices militaires US avec la Corée du Sud.

La Corée du Nord se prépare à réagir aux provocations militaires U.S

Continuar lendo

Pékin doit répliquer si Washington frappe Pyongyang d’abord, selon la presse chinoise

Au moins, le message est clair. Selon le très officiel « Global Times », la Chine défendrait le régime de Kim Jong-un si Washington venait à déclencher une guerre. Elle resterait neutre si c’est Pyongyang qui attaque en premier. Pendant ce temps, la « guerre des mots » continue.

Pékin doit répliquer si Washington frappe Pyongyang d’abord, selon la presse chinoise

Enfin, serait-on tenté dire. Depuis une semaine, Trump s’égosille pour que la Chine s’interpose dans la guerre psychologique avec la Corée du Nord. C’est chose faite, mais pas dans le sens rêvé par le président américain. « Si la Corée du Nord lance des missiles qui menacent le sol américain et que les États-Unis ripostent, la Chine restera neutre », a lancé le Global Times dans un éditorial. Mais, ajoute le journal officiel du Parti, « si les États-Unis et la Corée du Sud effectuent des frappes et essayent de renverser le régime nord-coréen, la Chine les empêchera de le faire ». Bien sûr, la Chine a voté pour les sanctions onusiennes contre la Corée du Nord le samedi 5 août. Le Global Times réaffirme également son opposition à « la prolifération nucléaire et à la guerre dans la péninsule coréenne ». Mais attention, pas touche aux intérêts vitaux des Chinois. Aux yeux de Pékin, tout vaut mieux qu’un effondrement du régime de Kim Jong-un, qui provoquerait d’abord une arrivée massive de réfugiés dans le Nord-Est chinois, et serait suivie d’une réunification de la péninsule sous la houlette du Sud, soutenue militairement par les Américains. Ce serait laisser Washington étendre son influence jusqu’à la frontière chinoise. Inacceptable. En définitive, la Corée du Nord, État tampon indispensable, sert les intérêts stratégiques de Pékin, souligne le South China Morning Post. C’est pourquoi la Chine milite pour le maintien du statu quo dans la péninsule coréenne.

Continuar lendo

Le conflit en Corée du Nord – « Le renoncement à des armes nucléaires se paie »

Le conflit en Corée du Nord – « Le renoncement à des armes nucléaires se paie »

Le 4 juillet 2017 – anniversaire de l’indépendance des États-Unis – la Corée du Nord a testé pour la première fois un missile intercontinental, aussi appelé missile à longue portée. Celui-ci passe pour le plus important moyen de transport d’ogives nucléaires et il a une portée allant jusqu’à 6 700 kilomètres selon des experts : il pourrait atteindre l’Alaska et ainsi pour la première fois le territoire des Etats-Unis. Klagemauer.TV en a parlé dans l’émission en allemand « Test de missiles intercontinentaux de la Corée du Nord et motifs cachés des dirigeants nord-coréens »

https://www.kla.tv/index.php?a=showembed&vidid=10908&lang=fr

Continuar lendo

Bienvenue au club, Kim !

Selon les responsables américains, les ICBM de la Corée du Nord sont capables de frapper n’importe quelle partie des États-Unis. Ces Nord-Coréens sont incroyables, n’est-ce pas? Avec toutes les sanctions qui leur sont imposées de par le monde, ils ont réussi à faire des ICBM.

https://i1.wp.com/i.ndtvimg.com/mt/2014-09/Nuclear_missiles_Thinkstock_3606.jpg

Continuar lendo

O que o Brasil compra – e o que vende – da isolada Coreia do Norte

Postado originalmente – 10/07/2017

Se, ao leste, do outro lado do Pacífico, está seu arqui-inimigo, os Estados Unidos, ao sudeste, o líder norte-coreano, Kim Jong-un, tem um aliado, pelo menos do ponto de vista comercial. Continuar lendo

SIPRI: Trends in world nuclear forces, 2017

DD1GELIXcAAm9Qv

At the start of 2017 nine states—the United States, Russia, the United Kingdom, France, China, India, Pakistan, Israel and North Korea—possessed approximately 4150 operationally deployed nuclear weapons. If all nuclear warheads are counted, these states together possessed a total of approximately 14 935 nuclear weapons. While the overall number of nuclear weapons in the world continues to decline, none of the nuclear weapon-possessing states are prepared to give up their nuclear arsenals for the foreseeable future. This Fact Sheet estimates the nuclear weapon inventory of the nine nuclear-weapon possessing states and highlights some key aspects of the states’ recent nuclear-force developments.

ABOUT THE AUTHOR(S)/EDITORS

Hans M. Kristensen is an Associate Senior Fellow with the SIPRI Disarmament, Arms Control and Non-proliferation Programme and Director of the Nuclear Information Project at the Federation of American Scientists (FAS).

Shannon N. Kile is a Senior Researcher with the SIPRI Arms Control and Non-proliferation Programme.

See the full publication on: SIPRI