Effet boomerang des nouvelles sanctions américaines sur les États-Unis, Porochenko sur la sellette et l’Ukraine au bord du précipice


Suite au vote, puis à la signature par Donald Trump du nouveau train de sanctions américaines contre la Russie, l’Iran et la Corée du Nord, la liste des pays victimes de ces sanctions ne cesse de s’allonger, jusqu’à compter aussi les États-Unis et l’Ukraine.

Effet boomerang des nouvelles sanctions américaines sur les États-Unis, Porochenko sur la sellette et l’Ukraine au bord du précipice

Dans un article publié dans Forbes, Wade Shepard a ainsi analysé que les États-Unis eux-mêmes se retrouvent perdants dans ces sanctions en se fermant le marché iranien, que la Russie et la Chine peuvent ainsi investir sans obstacles ni concurrents occidentaux. En voulant sanctionner l’Iran et la Russie, les États-Unis renforcent en fait les alliances économiques et militaires entre ces pays. Ces sanctions ont mis les entreprises américaines et européennes sur la touche. Vraiment, c’est ce qui s’appelle se tirer une balle dans chaque pied…

Alors que les échanges commerciaux entre la Russie et l’Iran avaient déjà doublé l’an passé, grâce à la fourniture d’équipement militaire comme les hélicoptères MI-17 et divers systèmes de roquettes, le nouveau contrat de 2,5 milliards de dollars pour la fourniture de wagons de train afin de remettre en état le secteur des transports en commun iranien qui a lourdement souffert des sanctions américaines des dernières décennies, et la livraison cette année des systèmes S-300 vont permettre de poursuivre cette tendance à la hausse.

Et ce n’est pas terminé. En voulant bloquer les exportations de gaz et de pétrole russe, les États-Unis ont taillé un boulevard aux entreprises russes pour investir dans le secteur et exploiter les gisements iraniens. Ainsi, Gazprom a récemment conclu un contrat pour développer le champ gazier Farzad B, damant ainsi le pion aux sociétés américaines ou européennes comme Total qui lorgnaient sur cette opportunité.

Wade Shepard estime ainsi qu’à cette allure les échanges commerciaux entre l’Iran et la Russie devraient très vite atteindre plus de 10 milliards de dollars. Un montant qui dépasse largement les 1,68 milliards de dollars perdus à cause des sanctions américaines en 2014…

Et il n’y a pas qu’aux États-Unis que certains tirent la sonnette d’alarme sur l’effet boomerang que vont avoir ces nouvelles sanctions. En Ukraine aussi, certains plus lucides que d’autres se rendent bien compte que cela va avoir un effet désastreux sur le pays.

C’est le cas de Victor Medvedtchouk, le chef du mouvement public « Choix ukrainien », qui dit clairement que ces nouvelles sanctions vont soutenir le camp de la guerre en Ukraine et vont entraîner une relance du conflit dans le Donbass au lieu d’aider à réunifier le pays.

« Je peux seulement dire aux politiciens qui se réjouissent de la signature de la loi sur les sanctions que cette loi ne vise pas la Russie, elle vise la souveraineté de l’Ukraine et la restauration de son intégrité territoriale. […] La loi sur les sanctions inflige un coup stratégique à l’Ukraine, au parti de la paix [aux forces politiques qui appellent à une résolution pacifique du conflit armé dans l’Est de l’Ukraine – TASS] et aux forces sociales et politiques qui soutiennent le principe essentiel de réintégration des régions orientales, c’est-à-dire le retour du Donbass au sein de l’Ukraine et de l’Ukraine dans le Donbass, » a-t-il déclaré.

Pour lui, cela va exciter, de manière inévitable et prévisible, le parti de la guerre (c’est-à-dire les radicaux, l’extrême droite, les ultra nationalistes) qui veut éliminer la RPD et la RPL par la force.

« Il est assez facile de prévoir à quel type de conséquences l’Ukraine va devoir faire face. D’abord il va y avoir une nouvelle poussée du conflit dans l’Est du pays et les tension internes vont s’aggrave. Pire encore, le processus de réintégration des territoires qui ne sont actuellement pas sous contrôle [de Kiev] deviendra impossible pour de nombreuses années si ce n’est des décennies, à condition qu’il ne meurt pas totalement, » a-t-il conclu.

Cette crainte pour l’intégrité territoriale de l’Ukraine est plus que légitime quand on voit le processus en cours, en Ukraine et hors du pays, pour évincer Porochenko comme le fut Ianoukovytch il y a trois ans. Les néoconservateurs veulent quelqu’un de plus radical. Et pour cela on utilise les mêmes ficelles qu’avec son prédécesseur.

Le processus de diabolisation est déjà en cours, comme le montre cet article du Washington Post qui découvre d’un seul coup tous les défauts et toutes les tares du président ukrainien. Cet article est signé par Maxim Eristavi, qui est l’un des fondateurs de Hromadske International, le site d’information basé à Kiev, qui est directement lié au mouvement du Maïdan. Ce fait est important, car il montre que ce sont les mêmes qui sont aujourd’hui à l’œuvre pour destituer Porochenko que ceux qui ont renversé Ianoukovytch en 2014.

Porochenko y est dépeint comme un président totalement corrompu (ce qui est vrai, mais le Washington Post semble découvrir d’un seul coup ce que tous les médias honnêtes ont déclaré dès le début de son mandat), mais pire encore comme une menace pour la démocratie ukrainienne. L’expression magique est lancée « menace pour la démocratie ». Cela vous rappelle quelque chose ? Moi oui. Toutes les révolutions colorées, et les guerres « humanitaires » récentes se sont basées sur cet argument. Le paravent parfait pour un coup d’état.

Et Porochenko est un très bon candidat puisqu’il est effectivement tout ce qui est décrit dans cet article : corrompu, essayant de faire taire toutes les voix dissidentes, muselant la liberté d’expression y compris au niveau de la presse, sabotant la lutte contre la corruption, etc. Le seul hic c’est que ses éventuels remplaçants sont encore pires que lui (Ioulia Tymochenko en tête). Et ça l’article n’en parle absolument pas. Les opposants de Porochenko y sont juste décrits comme de pauvres victimes de sa répression paranoïaque.

Et pendant qu’aux États-Unis on s’active à savonner la planche de Porochenko, en Ukraine les choses se précisent le concernant. Plusieurs régions d’Ukraine soutiennent désormais la décision du conseil régional de Kiev demandant la destitution de Porochenko. Une destitution préalable à une action judiciaire contre l’actuel président ukrainien, car ses adversaires politiques de tous les coins de l’Ukraine appellent depuis un moment à juger Porochenko pour ses crimes.

Depuis plusieurs mois les demandes de destitution de Porochenko se multiplient à la Rada, principalement à l’initiative du parti de Ioulia Tymochenko, qui se voit déjà présidente de l’Ukraine. Au beau milieu de ces demandes à répétition, le conseil régional de Kiev a officiellement exigé des députés qu’ils entament la procédure de destitution du chef de l’état, en adoptant préalablement la loi nécessaire (qui n’existe toujours pas après 25 ans d’indépendance du pays).

Cette démarche du conseil régional de Kiev est a présent soutenue par les députés de plusieurs grandes régions du pays. Le chef de la fraction Bloc d’opposition au parlement régional de Tchernovtsy, Dmitri Pavel, espère que d’ici la fin de l’année tous les parlements régionaux exigeront la démission du président en exercice qui est responsable de la situation dans le pays.

« La situation socio–économique que nous constatons dans notre pays amène à penser que nous nous approchons du précipice. Le déséquilibre total du pouvoir a conduit à l’absence d’un contrôle clair de l’économie ukrainienne. A cause de la corruption et du rythme de l’inflation, notre économie se rapproche des économies africaines », estime ainsi Dmitri Pavel.

Vitali Zaparniouk, de Tchernovtsy, qui a participé au conflit dans le Donbass, a soutenu son député en déclarant que « les idéaux du Maïdan ont été trahis, la corruption prospère, Porochenko garde son argent dans des comptes offshores alors qu’une guerre est en cours ». Ce vétéran de l’OAT va même plus loin en déclarant que « le pays va droit dans le mur ! ».

De Zaporojié jusqu’en Volhynie le son de cloche est le même : il faut destituer Porochenko !

Et alors qu’il pensait s’être débarrassé de son rival en privant Saakachvili de sa nationalité ukrainienne alors qu’il se trouvait aux États-Unis, ce dernier vient de faire miraculeusement apparition en Pologne !

Cela a été révélé par le média polonais Telewizja Republika qui a même publié une vidéo de la déclaration de Saakachvili à l’occasion du 73e anniversaire de l’insurrection de Varsovie. Une interview de Saakachvili sur ce média polonais est d’ailleurs prévu ce soir, 4 août à 21 h heure de Kiev.

Le service de presse de l’ex-président géorgien n’a pas révélé comment il a réussi à se rendre en Pologne alors qu’il est désormais apatride. Mais si, comme je le pense, Saakachvili continue de travailler pour les mêmes personnes qu’à l’époque de la révolution des Roses (c’est-à-dire la CIA), qui sont aussi celles qui sont derrière la révolution du Maïdan en Ukraine, il y a fort à parier que Saakachvili a un rôle à jouer dans la future destitution de Porochenko, et que les forces à l’œuvre dans ce processus feront tout pour lui permettre de jouer ce rôle (même arriver en Pologne sans papiers et sans nationalité « officielle »).

Les semaines et mois à venir risquent de voir la prédiction d’Alexandre Zakhartchenko se réaliser. Un nouveau Maïdan encore plus radical que le précédent se prépare. Et s’il réussit, alors l’Ukraine sombrera rapidement dans le chaos le plus total et la guerre de tous contre tous, avant d’exploser totalement.

Dans cette destruction totale à venir de l’Ukraine, les occidentaux, États-Unis et UE en tête portent une lourde responsabilité. Pour satisfaire leurs propres intérêts géostratégique, ils ont sacrifié l’Ukraine et ses habitants, et mis en péril l’équilibre du continent européen, sans comprendre qu’ils risquent fort de subir le même sort que leur victime sacrificielle.

Fonte: Réseau International

Anúncios

Comente esta notícia!

Preencha os seus dados abaixo ou clique em um ícone para log in:

Logotipo do WordPress.com

Você está comentando utilizando sua conta WordPress.com. Sair / Alterar )

Imagem do Twitter

Você está comentando utilizando sua conta Twitter. Sair / Alterar )

Foto do Facebook

Você está comentando utilizando sua conta Facebook. Sair / Alterar )

Foto do Google+

Você está comentando utilizando sua conta Google+. Sair / Alterar )

Conectando a %s